Claude Bonnelly, rencontre d’un donateur

Claude Bonnelly

Entrevue avec Claude Bonnelly, donateur à la Bibliothèque

Par Véronique Hébert, directrice au développement philanthropique de la Bibliothèque
Mai 2021

Par un magnifique lundi de printemps ensoleillé, je retrouve Monsieur Bonnelly dans un café de la rue Cartier.

Né à Québec dans un milieu modeste, il m’explique dès les premières minutes de notre échange la priorité que ses parents ont mise sur l’éducation de leurs six enfants. Claude est le troisième de la famille, le plus vieux des garçons, précédé par deux sœurs.

Leur père est commis dans une quincaillerie de quartier, il n’a qu’une septième année, mais décidera de se lancer comme courtier d’assurances quelques années plus tard afin d’assurer une meilleure qualité de vie à la famille Bonnelly. Sa mère termine un cours classique auprès de la Congrégation Notre-Dame à Québec et enseigne le piano à la maison. Claude m’avoue d’ailleurs avoir repris cette passion depuis sa retraite. Le piano résonnait donc à souhait dans la maisonnée où les livres sont rares et très précieux. Une encyclopédie sera d’ailleurs achetée par la famille et Claude se rappelle à quel point ce volume était sacré pour lui. Dès son jeune âge, il prend conscience de cette richesse qu’est la lecture. Il lit avec intérêt et passion les fameux magazines «Sélection Reader’s Digest» de sa mère et développe ainsi différents champs de connaissances.

Lorsque je lui demande de me parler de ses rêves d’enfance, Claude me parle de son implication, dès l’âge de huit ans, afin d’aider aux revenus de la famille. Il livre des journaux, puis me décrit, avec les yeux brillants, l’un de ses premiers boulots comme placier au Palais Montcalm. Cette expérience de travail est extraordinaire, car elle lui permet d’assister aux spectacles tout en travaillant. Un pur bonheur pour cet adolescent qui, déjà, apprécie grandement la culture. Après des études au Séminaire de Québec, il commence un baccalauréat en philosophie à l’Université Laval. Il ne sait pas vers quelle voie précisément cela le mènera, mais il a confiance en l’avenir et se dit qu’il peut devenir enseignant par la suite.

Claude Bonnelly dans les années 1970
Photo: Yves Tessier
Claude Bonnelly dans les années 1970

Durant ses études, Claude Bonnelly fréquente assidûment la Bibliothèque de l’Université Laval où il fait la rencontre de Gilles Paradis, un sympathique bibliothécaire en philosophie qui l’aide beaucoup dans ses recherches. En 1968, le doyen de la faculté demande à rencontrer Claude, qui a maintenant son bac en poche. Gilles Paradis quittant son poste pour deux ans afin de compléter un doctorat, le nom de Claude a été mentionné comme remplaçant pour le poste à la Bibliothèque. Une belle occasion pour lui qui affectionne tellement ce lieu! Au cours de ces deux années, il développe une véritable passion pour la Bibliothèque et, au retour de Gilles, il entame sa maîtrise en bibliothéconomie à l’Université de Montréal, appuyé par le directeur de l’époque qui croit beaucoup en lui.

L’histoire d’amour avec la Bibliothèque de l’Université Laval se poursuit. Claude Bonnelly est attiré par la gestion, il occupe le poste de directeur adjoint auprès de Céline Cartier, alors directrice, pendant 10 ans, puis devient directeur général de 1989 jusqu’à sa retraite en 2006. Il souligne l’apport de collègues qui ont marqué sa carrière, d’abord ce cher Gilles Paradis, puis aussi son premier chef de section, Régis Lessard, qui lui a inculqué l’importance du service aux usagers et de la compréhension de leurs besoins, ainsi que sa philosophie du service client. Il mentionne aussi l’innovation et la créativité de collègues comme Rosaire Caron, Gaétan Drolet, Guy Teasdale, Yves Tessier et Stéfano Biondo. Je réalise qu’il a des liens encore précieux avec de nombreux collègues avec qui il a traversé plusieurs décennies.

Claude m’explique que la philanthropie lui a été enseignée dès l’enfance; même avec peu de moyens, ses parents étaient très engagés afin de redonner au suivant, notamment par leurs rôles à des comités et comme membres actifs de la coopérative où il a grandi. La générosité de cœur se poursuit avec le rôle de Claude comme président du conseil d’administration des Presses de l’Université Laval depuis 3 ans. La retraite lui a permis de faire plusieurs voyages de randonnées pédestres en solo, il a toujours quelques livres en attente et il joue du piano régulièrement. Sa conjointe ayant eu des problèmes de santé depuis quelques années, il a aussi appris à cuisiner et adapter ses recettes. Leurs deux fils leur ont donné trois beaux petits-enfants et il a bien hâte que la pandémie soit derrière nous afin de pouvoir les voir plus souvent.

Claude Bonnelly
Au piano avec sa petite-fille Adèle

Il est fier de son parcours, et surtout d’avoir mis en place, avec la Fondation de l’Université Laval, un Fonds de perfectionnement permettant aux employés de la Bibliothèque d’aller voir ailleurs dans le monde ce qui se passe dans le domaine de la bibliothéconomie, lui qui a toujours valorisé la participation de la Bibliothèque dans les réseaux nationaux et internationaux. Je me permets de lui lire les témoignages d’Émilie Fortin et de Joë Bouchard, deux bibliothécaires qui ont pu voyager grâce à cette bourse. Il est touché et ému. Merci, Claude Bonnelly, pour ce moment de soleil en votre compagnie. Votre cheminement est inspirant!

Vous avez envie d’envoyer vos commentaires à Claude Bonnelly?: claudebonnelly@sympatico.ca.

Vous aimeriez recommander un donateur pour une future entrevue?: chantal.st-louis@bibl.ulaval.ca.